Présidente: Donna Patrick

Présidente désignée: Martha Radice

Président sortant: Michel Bouchard

Trésorier : Clint Westman

Secrétaire : Pauline McKenzie

Membre actif anglophone : Eric Henry

Membre actif francophone : Éric Gagnon Poulin

Webmestre : Nathalie Boucher

 

Liste des membres des Comités de direction depuis 1974 (PDF). N'hésitez pas à nous écrire si vous pouvez compléter ce tableau! 

 

 

Présidente: Donna Patrick

Donna Patrick a étudié la linguistique et l'anthropologie à l'Université McGill, où elle a obtenu son baccalauréat et sa maîtrise, ainsi qu'à l'University of Toronto, où elle a obtenu son doctorat. Elle a enseigné à Brock University de 1996 à 2003, avant d'enseigner à Carleton University en 2004. Elle est maintenant professeure dans le Department of Sociology and Anthropology de cette institution. Ses recherches en anthropologie linguistique portent sur les politiques, les droits et les pratiques linguistiques des autochtones et des minorités. Ses travaux incluent la mise en danger des langues, la socialisation linguistique, les politiques et les pratiques en éducation linguistique, l'alphabétisation critique, et les sémiotiques sociales. On compte parmi ses publications l'ouvrage Language, Politics, and Social Interaction in an Inuit Community (2003), et le livre qu'elle a co-dirigé, Language Rights and Language Survival (2004), ainsi que plusieurs articles critiquant le discours de mise en danger des langues, les politiques linguistiques, l'alphabétisation et la construction d'un espace transnational à travers les sémiotiques des objets, de la nourriture et du language.  

Pour écrire à Donna Patrick, suivez ce lien.

Présidente désignée : Martha Radice

Martha Radice est une anthropologue sociale dont le travail porte sur les dynamiques sociales, spatiales et culturelles des villes. Elle est professeure associée au département de sociologie et anthropologie sociale à Dalhousie University, Halifax. Elle a réalisé des recherches sur les relations sociales, particulièrement les relations interethniques, et la production de l'espace sur des rues commerçantes multiethniques de Montréal. Ses intérêts actuels sont les suivants: anthropologie urbaine, espace public, art public et culture publique, multiculturalisme et cosmopolitanisme, quartiers et méthodes ethnographiques. Elle a fait de la recherche appliquée, sous la forme d'une évaluation de l'inclusion sociale dans les écoles secondaires et des relations police-communauté en Grand-Bretagne, et également sur les bibliothèques comme espaces publics au Canada.  

Pour écrire à Martha Radice, suivez ce lien.  

Président sortant: Michel Bouchard

Professeur agrégé d'anthropologie à l'Université de Northern British Columbia, le Dr Bouchard a obtenu son doctorat à l'Université d'Alberta. Ses principaux domaines d'expertise comprennent la diaspora russophone, la fédération russe et ses perses populations, le nationalisme et l'ethnicité, l'identité et l'appartenance, et l'Amérique du Nord francophone. Initialement, les recherches du Dr Bouchard ont tenu pour acquise l'invention récente des nations. Cependant, dans un contexte d'émergence de nouvelles pistes de recherche, il a proposé un nouveau cadre théorique visant la compréhension des identités nationales et d'autres formes de communauté. Ce cadre théorique suggère que les nations ne sont pas élaborées ou construites dans la modernité, mais sont plutôt en constante organisation, et que les origines des identités nationales remontent au Moyen-Âge et même à une époque antérieure. Plutôt que d'accepter la prémisse facile de la création des nations par les États, le Dr Bouchard suggère que d'autres établissements jouent un rôle tout aussi important (sinon plus) que celui des États dans l'émergence des communautés nationales. Mentionnons le rôle des musées, des écrits historiques et de la culture populaire dans le façonnement et l'affirmation d'idées liées à l'identité nationale. Le Dr Bouchard termine présentement un projet de recherche sur l'histoire des francophones canadiens (c'est-à-dire les Canadiens français), métis et iroquois de la Colombie-Britannique et du Pacifique Nord-Ouest. Il s'intéresse principalement aux peuples oubliés de l'histoire et à la façon dont les anthropologues peuvent analyser l'histoire pour améliorer leur compréhension du présent.

Pour écrire à Michel Bouchard, suivez ce lien 

Trésorier: Clint Westman

Clint Westman est un anthropologue de l'environnement et est professeur associé au département d'archéologie et d'anthropologie de l'University of Saskatchewan. Il a obtenu un doctorat en anthropologie socio-culturelle du département d'anthropologie de l'University of Alberta (2008), et a complété une recherche postdoctorale en ethnologie au département d'anthropologie de l'Université de Montréal (2008-2009). Depuis 1996, son travail auprès des communautés cries et métis du nord de l'Alberta porte sur les politiques, l'histoire, la religion et l'environnement. Ses recherches ethnographiques actuelles focalisent sur les relations humains-animaux, les impacts et les bénéfices de l'industrie de l'énergie et de ses processus de consultation, et sur le pluralisme religieux dans les communautés contemporaines. 

Vous pouvez écrire un mot à Clint Westman à l'adresse indiquée ici

Secrétaire : Pauline McKenzie

Pauline McKenzie Aucoin est associée de recherche à l'Institut Simone de Beauvoir à Montréal et détient un doctorat de l'Université de Toronto. Ses recherches portent sur la stratification des genres, le symbolisme phonétique, les politiques du savoir et l'organisation de l'espace en tant que pratique de pouvoir au sein de la société fidjienne, où l'ordre spatial reflète des différences de statut tant sur le plan des genres que des rangs. Ses recherches actuelles concernent l'esthétique naturaliste des jardins pittoresques européens et visent à évaluer comment cet ordre spatial, articulé de concert avec les idéaux de Rousseau, par sa présence dans les écrits et l'art paysager du 18e siècle, est parvenu à formuler une philosophie politique concernant la nature – sa place, ses politiques et son imaginaire social. Pauline McKenzie Aucoin collabore également à un projet de construction d'un curriculum à l'Université d'Ottawa, dans le cadre duquel elle participe à l'élaboration de matériel pédagogique visant l'enseignement des langues et sciences indigènes dans le cadre d'un programme d'immersion en langue algonquine.

Pour écrire à Pauline McKenzie, suivez ce lien.

Membre actif anglophone : Eric Henry

Eric Henry est anthropo-linguiste et assistant professeur au Departement of Antrhopology a Saint Mary's University à Halifax, Nouvelle-Écosse. Il détient une maîtrise en anthropologie sociale de l'University of Oxford et un doctorat d'anthropologie de Cornell University. Ses recherches décrivent le rôle émergent des langues mondialisées, plus particulièrement l'anglais, en Chine. Depuis 2003, il mène des recherches sur l'industrie de l'enseignement des langues étrangères dans la ville de Shenyang, et documente la manière dont les langues mondialisées, les langues nationales et les langues locales interagissent avec la production d'identités cosmopolotaines. Son enseignement et ses intérêts de recherche incluent les champs de la sociolinguistique, de la sémiotique, de la mondialisation et des inégalités linguistiques. Il a aussi mené des recherches en archive sur les enseignants de langue missionnaires du début du 20e siècle, à Pékin. 

Pour contacter Eric Henry, suivez ce lien

Membre actif francophone : Éric Gagnon Poulin

Éric Gagnon Poulin s’intéresse à la pauvreté et l’exclusion, au développement durable, aux mouvements sociaux et à la résistance au Québec et en Amérique latine. Il a complété sa maitrise sur « La mobilisation politique des expropriés de Mirabel » à l’Université de Montréal et réalise un film documentaire en parallèle qui sera notamment présenté en grande première européenne au 2e Forum international sur les Grands projets inutiles et imposés en France. Il détient également un certificat multidisciplinaire sur l’Amérique latine contemporaine de la Pontificia Universidad Catolica de Chile. Éric complète actuellement un doctorat à l’Université Laval en anthropologie économique et s’intéresse particulièrement aux discours entourant les thèmes de la pauvreté et de l’exclusion sociale.  

Pour écrire à Éric Gagnon Poulin, suivez ce lien

Webmestre: Nathalie Boucher

Nathalie Boucher détient une maîtrise en anthropologie de l'Université Laval et un doctorat en études urbaines de l'Institut national de la recherche scientifique de Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur la sociabilité et la socialisation dans les espaces publics des villes de la région du Pacifique à l'ère néolibéral. Après avoir étudié les interactions sociales dans les parcs et squares de Los Angeles, elle a étudié la vie sociale des plages et piscines publiques de l'Australie en tant que chercheure postdoctorale au Centre of Excellence in Natural Resource Management de l'University of Western Australia. Son regard est maintenant tourné vers les interactions dans les bains publics de Taïwan, et elle est basée à la Chaire d'études taïwanaises de l'Université d'Ottawa. Ses charges de cours et ses publications traitent de méthodologies qualitatives, de sociologie urbaine et d'anthropologie de la communication. Elle s'implique dans l'exécutif de la CASCA depuis 2011. 

Pour écrire à Nathalie Boucher, suivez ce lien.

 

Contact Info

Canadian Anthropology Society (CASCA)
c/o Karli Whitmore
125 rue Jean de la Londe, #301
Baie d'Urfe (Québec) H9X 3T8
Email