Bibeau

Gilles Bibeau (récipiendaire 2010) a un curriculum imposant à plusieurs égards par sa productivité extraordinaire tant en termes de recherches et de publications que par l’encadrement étudiant et le rayonnement scientifique. Les terrains menés en Afrique, en Inde, au Brésil et au Québec à la fois en milieux urbains et en régions éloignées témoignent d’une activité anthropologique soutenue accompagnée d’une réflexion constante alliant des champs à la fois appliqués et fondamentaux. Tout au long d’une carrière universitaire de plus de 30 années au Québec précédée d’une décennie en Afrique, cette « action » intellectuelle a favorisé des avancées théoriques qui jalonnent l’histoire de l’anthropologie médicale au Canada tout en prêtant voix à celles et ceux qui en ont moins, voire aucune.

D’abord à Kinshasa (Congo) dans les années 1970 et ensuite au Mali, en Côte d’Ivoire et plus tard à Nouna (Burkina Faso) dans les années 2000, Gilles s’est joint aux efforts locaux afin de rapprocher les pratiques thérapeutiques locales des services de santé officiellement reconnus. Ses principes de collaboration étaient dès lors, et sont toujours, ancrés dans une perspective d’égalité et de respect mutuel des connaissances et capacités d’action. En Afrique comme en Inde où il a mené un travail ethnographique de longue haleine orienté vers la santé mentale, ou encore au Brésil où il travaillé sur les déterminants sociaux de la santé et la gestion des services de santé, Gilles s’est fait un devoir d’apprendre les langues locales. Cette pratique, tout comme la disponibilité et l’implication bien au-delà des questions de recherche, traduit le respect qu’il témoigne à l’égard des gens avec lesquels il collabore. Ces localités ont nourri son parcours intellectuel d’anthropologue et d’homme.

Par-delà ses recherches et publications (près de 450 publications à ce jour), ses conférences internationales (250 comme conférencier invité), sa participation à de nombreux comités de pairs et réseaux de recherche tel que le GIRAME et son implication dans différentes revues anthropologiques (notamment Medical Anthropology Quarterly, Social Science and Medicine, Transcultural Psychiatry, Ruptures, Ethnopsy), l’interdisciplinarité est au cœur de la pratique anthropologique de Gilles Bibeau. Les ponts créés aux niveaux local, national et international ont donné lieu à un imposant réseau de collaborations en sciences sociales, en santé publique, en santé mentale et en médecine qu’il a mis maintes fois au service d’autres chercheurs seniors et juniors afin d’appuyer leurs démarches et favoriser leurs réussites. Il a aussi encadré un grand nombre d’étudiants au doctorat à la maîtrise (plus de cent diplômés) et généreusement mis ce réseau à leur service.